Retour à l'accueil
Les Superstitions 
 Les Superstitions
Le chiffre 13 
 Le chiffre 13
Les Superstitions et la Mort 
 Les Superstitions et la Mort
Les superstitions et Noël 
 Les superstitions et Noël
L' ascendant 
 L'ascendant
Astrologie 
 Horoscope de la semaine
 Les composantes céléstes
 Le Grand Horoscope 2017
 Astro forme
 Astrologie Amérendienne
 Astrologie Arabe
 Astrologie Egyptienne
 Astrologie Indienne
 Horoscope Celitque ou Gaulois
 Le pouvoir des rêves
 Horoscope chinois 2017
 Le sexe et les signes astrologiques
 Spécial bébé et future maman
Les secrets de Serge Arias 
 Naissance de l'Astrologie
 Mes Secrets
 Cafédomancie
 L'aleuromancie
 L'astragalomancie
 La cristallomancie
 La chiromancie
 La communication avec l’au-delà
 La lécanomancie
 La lithomancie
 La lune dans les signes
 La phrénologie
 La Tasséomancie
 Le pouvoir des allumettes
 Le pouvoir des rêves
 L'encromancie
 Les baguettes d'achilée
 Les blancs d'oeuf
 Les dominos
 Les secrets des Koris
Les signes 
 Signes astrologiques
Sites amis 
 BelleMartinique.com
 Gaïa Network
 Radio media Antilles

 

 


 

 

 

 


 

 

 
  Mystères d'hier et d'aujourd'hui   Voyant des stars   Actualité   Spectacles   Contactez moi   Liens partenaires 
   

L'ASTRAGALOMANCIE         

Une méthode ancestrale pour répondre à toutes vos questions, je vais vous enseigner l’astragalomancie, une technique divinatoire dont personne ne se rappelle les origines, pourtant tragiques et qui ont duré des siècles. 
L’astragale, ce petit os servant de «poulie» entre le péroné et le tibia, vous en avez tous eus dans les mains quand vous étiez enfant, lorsque vous jouiez aux osselets. Or, cet astragale était utilisé depuis la nuit des temps pour châtier les galériens. Ceux-ci portaient en effet des menottes de chanvre dans lequel on avait fixé des osselets. Lorsque le garde-chiourme voulait punir un indiscipliné, il donnait un tour supplémentaire à l’un des osselets pour que le chanvre des menottes s’incruste plus profondément dans la peau.

Parfois, sous la pression, des osselets tombaient à terre, ce qui donnait lieu à la formation d’un vœu. Ainsi naquit la voyance au moyen des osselets, à partir de l’une des quatre positions sur laquelle ils pouvaient tomber : Sur le S, sur le I, sur le dos ou sur le creux.
Historique de l'Astragalomancie
La prédiction de l'avenir par le hasard existe depuis la préhistoire.
L'astragalomancie - ou technique de prédiction de l'avenir par le hasard, via les astragales puis plus tard via les dés à jouer -, que l'on nomme aussi cléromancie, existe depuis la préhistoire. Car avant que les dés cubiques standard à 6 faces soient devenus communs, les peuples antiques utilisaient divers objets tels des noyaux de fruit, des coquillages, des cailloux, des bâtons plats et des coquilles de noix pour obtenir des résultats aléatoires pour des jeux. Le lancement de ces objets - qui sont les ancêtres des dés - était une façon de deviner les malchances, de choisir des joueurs, ou une méthode de prédiction. Au cours de l'Histoire, leur utilisation s'avère tantôt ludique - simplement pour le jeu -, et tantôt divinatoire. Les dés sont donc les instruments de jeu les plus anciens que n'ait jamais connus l'homme.
On sait aussi qu'à une certaine époque, et dès l'Antiquité, les Égyptiens, Grecs et Romains utilisaient de petits os, ou astragales - anciens dés à quatre faces qu'ils nommaient Tali ou Astragali, ou plus tard Tesserae quant au traditionnel dé à six faces -: soit, les osselets provenant du tarse des moutons ou des chèvres - partie postérieure du pied, située près du talon: tels les metatarsus ou metacarpus d'un mouton -; ayant quatre facettes aisément reconnaissables; celles-ci ayant chacune une valeur prédéterminée - symbole, lettre ou chiffre -. En fait, on retrouve ces os d'articulation - astragales - parmi les restes primitifs dans le monde entier; alors qu'ils sont toujours d'usage courant de nos jours dans l'est musulman, en Europe méridionale et en Amérique latine.
Pour mieux situer leur utilisation dans une période temporelle, mentionnons que des tombeaux égyptiens, datés de 2000 avant Jésus-Christ, se sont avérés contenir des dés à jouer. Des découvertes faites dans les fouilles archéologiques démontrent même que certains dés remontent à 6000 ans avant J-C. Ils ont donc été développés parallèlement par beaucoup de cultures antiques partout dans le monde et n'ont pas simplement été inventés, ou été popularisés, spécifiquement, par une partie du monde ou l'autre.
Par ailleurs, l'aspect « prédiction de l'avenir » ou mancie, a de tous temps été un volet important. Le mot Grec ASTRAGALOS signifie « divination par les astragales »; ce qui démontre qu'ils étaient utilisés également comme outil pour prédire l'avenir. Même qu'en Arabie, le mot utilisé pour nommer les « astragales » est le même que celui qu'on utilise pour « dés à jouer ».
Les astragales sont donc les ancêtres de nos dés contemporains. Il s'avère par ailleurs que nos dés à jouer à jouer modernes, avec six faces - et dont les points de deux faces opposées donnent toujours comme somme le nombre sept - sont apparus, semble-t-il, vers 1400 avant notre ère. 

La méthode des osselets

Cette méthode nécessite une quinzaine d’osselets disposés devant vous. Tout osselet naturel de porc ou d’agneau dispose d’un réel magnétisme. Vous pouvez les trouver chez votre boucher.
Prenez trois osselets que vous allez secouer entre vos mains tout en vous concentrant sur ce que vous voulez savoir.
Lâchez les trois osselets en même temps face à vous : La réponse apparaîtra clairement en fonction de la position dans laquelle ils vont tomber.
-     Sur le creux : Difficultés.
-     Sur le dos : réussite.
-     Sur le I : Impossibilité. 
-     Sur le S : Reposez votre question, car il manque des éléments. Le nombre d’osselets tombés dans la même position répondra plus ou moins clairement à votre question. Par exemple, si un seul des trois osselets retombe sur le creux et les deux autres sur le dos, la difficulté sera moindre. A chaque question, changez la série des trois osselets.